Les centrales villageoises, une alternative aux projets industriels d’infrastructures énergétiques…

A l’initiative du Groupe Citoyen en Transition, une présentation publique sur le thème des centrales villageoises s’est déroulé le vendredi 1er juin 2018 à la maison communautaire de la Communauté de Communes à Saint-Germain-Laval.

Après le visionnage d’un documentaire vidéo de présentation et de témoignages sur le projet photovoltaïque de la commune des Haies près de Condrieu (Rhône), le président de la Société à Action Simplifiée « Centrales Villageoises de la Région de Condrieu » (SAS CVRC), qui gère les installations, a longuement expliqué la démarche et la genèse du projet, les aspects juridiques, techniques et économiques (notamment en terme de retombées sur l’activité locale), la gouvernance citoyenne source de fierté pour les habitants, l’intégration du projet dans l’environnement (la commune des Haies fait partie du Parc naturel régional du Pilat) et la réplicabilité du modèle, adaptable également à d’autres types d’énergies renouvelables (géothermie) et qui dispose aujourd’hui d’une « boite à outils » pour faciliter la réalisation de nouveaux projets (25 centrales villageoises créées aujourd’hui en France, 8 en projet).

Pour en savoir plus, cliquer sur les liens suivants :

 

Devant l'intérêt manifesté par les participants à cette réunion, le Groupe Citoyen en Transition organise une réunion de travail le Vendredi 29 Juin 2018 à 20h à la maison communautaire de la Communauté de Communes à Saint-Germain-Laval, afin de réfléchir à la faisabilité d'un tel projet sur le territoire de la Communauté de Communes des Vals d'Aix et d'Isable.
Venez nombreux !

L’Association était présente à la grande brocante – vide-grenier le Dimanche 20 mai 2018 à Pommiers

Forte affluence sur le stand de l’APPRAI à la foire à la brocante – vide-grenier du Dimanche 20 mai 2018 à Pommiers, où les visiteurs ont pu s’informer, échanger, signer la pétition et adhérer à l’association.

Il ressort de cette journée que les riverains sont surpris et mécontents de ne pas avoir été informés de l’existence d’un projet industriel éolien sur les communes d’Amions et de Pommiers, malgré de forts impacts potentiels sur leur environnement et leur qualité de vie.

Rejoignez l’association pour nous aider à vous informer et à faire émerger ce dossier dans le débat public.

Merci d’avance de votre soutien !

Succès pour la réunion publique du 21 avril 2018 à Pommiers

Annoncée par un article dans le Progrès, la réunion publique d’information organisée par l’APPRAI le Samedi 21 avril 2018 à Pommiers a connu un véritable succès, avec la présence d’une soixantaine de participants et un compte-rendu dans le Progrès.

Cliquer ici pour télécharger le texte de la réunion publique.

Merci à tous les participants pour leur présence et leur soutien !

Faites comme eux, rejoignez-nous en adhérant à l’association et en signant la pétition !

Réunion publique le 21 Avril 2018 à 18h à Pommiers

Diffusez cette annonce autour de vous et venez nombreux à la réunion publique d’information sur le projet d’implantation d’un parc industriel éolien à Amions et Pommiers, organisée par l’APPRAI, le Samedi 21 Avril 2018 à 18h à la Salle des fêtes de Pommiers.

(Cliquer ici pour télécharger l’affiche de la réunion et la distribuer)

La pétition est en ligne…

 

Projet éolien Vents d’Oc – Vue des Bruyères

Cliquer ici pour accéder à toutes les informations sur la pétition « CONTRE L’IMPLANTATION D’UN PARC INDUSTRIEL EOLIEN SUR LES COMMUNES D’AMIONS ET DE POMMIERS »
en ligne sur avaaz.org ou téléchargeable.

Faites-la signer autour de vous : nous avons besoin d’un large soutien pour préserver le patrimoine rural des Vals d’Aix et d’Isable !

 

Pommiers – Porte du Pavé (XIVème siècle)

Nouvelle alerte !

Lors de la réunion du 15 Février 2018, le promoteur Vents d’Oc Energies Renouvelables (filiale du groupe privé allemand Windwärts Energie GmbH) avait informé les propriétaires des terrains concernés par le projet industriel éolien, de l’installation prochaine d’un mât de mesure du vent de 101 m de haut sur la zone identifiée pour le projet : et effectivement, le panneau de l’arrêté municipal de la mairie d’Amions est en place sur le terrain !

Vents d’Oc a donc désormais la voie libre pour poursuivre son projet de destruction de la Forêt de Bas !

Arrêté municipal d’autorisation d’installation du mât de mesure du vent dans la forêt de Bas
Arrêté municipal d’autorisation d’installation du mât de mesure du vent dans la forêt de Bas (1/2)
Arrêté municipal d’autorisation d’installation du mât de mesure du vent dans la forêt de Bas (2/2)

Et tout ça toujours dans la plus grande discrétion…

C’est une preuve supplémentaire de l’importance de se mobiliser pour faire part à nos élus de notre désapprobation de ce projet industriel éolien, dont l’impact environnemental sur l’écosystème de la forêt de Bas (une des plus grandes étendues forestières continues de la Plaine du Forez) sera majeur et irréversible.

En effet la construction des 6 éoliennes de 180 m envisagées dans ce projet va nécessiter la création de chemins d’accès de 4 à 6 m de large ou l’élargissement des chemins existants, afin de permettre le passage des camions transportant le matériel et des grues de montage. D’immenses aires d’assemblage devront également être créées. Une éolienne de cette hauteur nécessite un ferraillage de 25 à 40 tonnes d’acier associé à un volume de 1500 tonnes de béton pour son ancrage au sol. L’acier et le béton nécessaires à la construction d’une seule éolienne sont responsables de l’émission de 450 à 520 tonnes de CO2 dans l’atmosphère. A cette pollution initiale, il faut ajouter les rotations de 40 camions-toupies par éolienne pour transporter le béton sur le site.
Les sites de fabrication d’éoliennes étant en Allemagne (Hanovre) dans le cas de ce projet initié par Vents d’Oc pour le compte de la société privée allemande Windwärts Energie, et sachant que le transport d’une seule éolienne nécessite 10 camions, on comprend aisément les conséquences catastrophiques pour l’environnement de la réalisation d’un parc industriel éolien dans un territoire rural comme le nôtre :  c’est toute la forêt de Bas qui va être ainsi massacrée par ces travaux !

Ne restons pas sans rien faire, ne laissons pas Vents d’Oc poursuivre impunément la mise en oeuvre de ce projet industriel dans la forêt de Bas et ses environs : mobilisons-nous, rejoignez notre Association pour la Protection et la promotion du Patrimoine Rural des vals d’Aix et d’Isable !