La communauté d’agglomération Loire-Forez s’organise contre le développement anarchique de l’éolien : une Charte pour protéger les communes

Le Progrès – Edition de la Loire 42A – Samedi 13 Juin 2020

Les éoliennes industrielles terrestres sont un fléau pour nos campagnes et leur implantation doit être évitée par tous les moyens légaux.
Partant de l’adage qu’il vaut mieux prévenir que guérir, la communauté d’agglomération Loire-Forez (qui regroupe 87 communes autour de Montbrison et une population de plus de 110 000 habitants) a élaboré une « Charte de l’éolien », adoptée à l’unanimité de ces membres.

L’idée de ce document d’une dizaine de pages est d’apporter aux communes membres un outil méthodologique d’aide à la gouvernance face à des promoteurs éoliens insistants et opaques, qui font miroiter aux propriétaires terriens et aux élus des retombées financières alléchantes et leur cachent les risques environnementaux (pollution sonore et visuelle, pollution des sols et des nappes phréatiques), sanitaires (infrasons, acouphènes, maux de tête…) et sociaux (scissions entre les riverains, baisse du prix du foncier, baisse de la fréquentation touristique…) des installations éoliennes industrielles.

Sur le territoire de la communauté de communes des Vals d’Aix et d’Isable (CCVAI), plusieurs communes se sont déjà trouvées confrontées au harcèlement des porteurs de projets éoliens : ainsi, en 2018, Amions, Pommiers et Saint-Georges de Baroille ont été démarchées par la société Vents d’Oc Energies Renouvelables (aujourd’hui rachetée par TOTAL) et ont apporté des réponses non concertées (refus réitéré à Saint-Georges, absence de positionnement clair à Pommiers et Amions…).

Aujourd’hui la contribution de la CCVAI à l’effort collectif en faveur des énergies renouvelables est bien engagée, grâce au projet de Centrale photovoltaïque citoyenne « Les Toits du Val » , qui avance lentement mais surement depuis 2018, porté par une équipe de bénévoles motivés et compétents avec le soutien de la communauté de communes.

C’est pourquoi des éoliennes industrielles sur notre territoire sont inutiles : elles ne sont pas rentables (23% seulement de temps de production) et leur viabilité est conditionnée à des subventions de l’Etat (1,4 Milliards d’Euros en 2019 !) et donc des citoyens (à travers les taxes sur les produits pétroliers et la consommation électrique des ménages : TICPE, CSPE), elles fragilisent la stabilité du réseau électrique en raison de l’intermittence de leur production et elles ne contribuent pas à diminuer la production de CO² (car des centrales conventionnelles à énergies fossiles ou nucléaire sont nécessaires pour les relayer lors de l’absence de vent).
Localement, elles nuiraient à l’activité économique largement basée sur le tourisme (hébergements et restauration, sites et monuments, activités Nature).

A quand donc l’élaboration d’une charte pour éviter la prolifération anarchique d’éoliennes industrielles dans les Vals d’Aix et d’Isable ?

Il serait souhaitable que les équipes municipales et communautaires récemment élues s’attellent sans délai à cette tâche collectivement salutaire.

( – Cliquez-ici pour télécharger l’article du Progrès – Edition Loire 42A du Samedi 13 Juin 2020 au format PDF
Cliquez-ici pour télécharger la Charte de l’éolien de Loire-Forez Agglomération au format PDF )